English version

Le CEREMA - Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement

Etablissement public constitué des anciens CETEs, CERTU, SETRA et CETMEF, le CEREMA est un acteur majeur du Réseau Scientifique et Technique du Ministère et particulièrement présent sur le champs de la mobilité et des systèmes de transport intelligent.

1. Le CEREMA

a. Un établissement public créé le 1er janvier 2014

La loi portant sur les infrastructures et services de transports promulguée le 28 mai 2013 a acté la création du Cerema, établissement public à caractère administratif, qui regroupe depuis le 1er janvier 2O14 onze services du ministère de l’égalité des territoires et du logement (METL) et du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE) :

  • Huit Centres d’études techniques de l’équipement (Cete),
  • Le Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques (Certu),
  • Le Centre d’études techniques, maritimes et fluviales (Cetmef),
  • Le Service d’études sur les transports, les routes et leurs aménagements (Sétra).

b. Un centre de ressources et d’expertises

S’appuyant sur les compétences reconnues et appréciées de ces 11 services, le Cerema constitue aux plans national et territorial un centre de ressources et d’expertises scientifiques et techniques intervenant en appui à l’État et aux collectivités locales pour l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques portées par les deux ministères.

Sa spécificité repose sur un ancrage territorial fort et sur sa capacité de faire le lien entre les administrations centrales, les services déconcentrés de l’État, les collectivités territoriales et l’ensemble des acteurs qui contribuent à la mise en œuvre des politiques publiques dans les champs de l’aménagement et du développement durable. Fort de son potentiel de recherche pluridisciplinaire, de son savoir-faire transversal et territorial et de son expertise technique, le Cerema intervient dans tous les domaines des deux ministères : aménagement, habitat, politique de la ville, transport, mobilité, sécurité routière, environnement, ville durable, bâtiments, gestion des risques, infrastructures publiques, énergie et climat, etc.

c. Périmètres d’intervention et missions

Le Cerema décline une gamme d’intervention très large : recherche appliquée, innovation, expérimentation, veille technologique, méthodologie, études, expertise, normalisation, ingénierie avancée et assistance à maîtrise d’ouvrage, essais, métrologie, etc. Il a aussi une mission de diffusion des connaissances scientifiques et techniques, pour accompagner les acteurs publics et privés dans la transition vers une économie sobre en ressources et décarbonée, respectueuse de l’environnement et équitable.

2. Équipes intervenant dans le champs des transports intelligents

La composante opérationnelle du Cerema est constituée notamment de trois directions techniques, en charge du portage des thématiques, et de 8 directions territoriales, ancrant l’établissement dans le territoire.

a. Direction technique "Territoires et ville"

Cette direction correspond essentiellement à l’ancien CERTU, fort d’une longue tradition d’implication dans le champ des STI pour répondre aux besoins, amplifiés en milieu urbain, d’aide à la mobilité, de gestion des trafics et des transports publics ou de développement de nouveaux services de transport. C’est ainsi qu’il a fortement contribué à la problématique d’insertion urbaine des tramways, à l’émergence du concept de Bus à haut niveau de Service (BHNS), aux développement des méthodes de gestion dynamique du trafic ou à l’éclosion de modes innovants tels l’autopartage et le covoiturage.

Aujourd’hui, cette direction se concentre sur plusieurs sujets dont notamment :

  • L’information multimodale (gouvernance, normes d’échange des données, outils et projets associés, animation de sites web...)
  • La billettique
  • Les ITS en lien avec la sécurité des déplacements
  • Les ITS en lien avec la gestion des déplacements (connaissance et analyse des trafics, stratégies et mesures d’exploitation, outils pour la gestion multimodale des déplacements)

Elle participe aussi, avec d’autres acteurs du ministère, associations et industriels, aux réflexions sur la mise en œuvre, en France, de la directive européenne pour le déploiement des STI.

b. Direction technique "Infrastructures de transport et matériaux"

Cette direction est principalement issue de l’ancien SETRA.

En intégrant les préoccupations de développement durable, d’intermodalité, de protection de l’environnement et de sécurité, elle met à la disposition de services de l’Etat et des collectivités territoriales des méthodologies et des outils adaptés à la spécificité des réseaux pour :

  • définir, mettre en œuvre et évaluer les politiques publiques ;
  • améliorer la qualité des projets, la gestion des patrimoines et le service aux usagers ;
  • garantir la cohérence du réseau routier ;
  • faire valoir les intérêts publics, notamment dans le cadre de la normalisation européenne,
  • apporter son expertise sur des projets complexes.

Elle associe à son action tous les acteurs de la communauté routière française : services opérationnels de l’Etat et des collectivités territoriales, organismes de recherche, Réseau scientifique et technique de l’Equipement, entreprises et organisations professionnelles, sociétés d’autoroutes, etc.... Il collabore régulièrement avec d’autres organismes spécialisés, notamment dans les domaines de l’écologie, du développement durable, des transports ferroviaires, maritimes ou fluviaux.

Le Sétra confronte son expérience et ses projets avec ses homologues internationaux, au travers de coopérations bilatérales, d’interventions dans des congrès ou de missions d’expertise. Il participe aux commissions de normalisation européenne et à de multiples instances internationales. Membre de l’EOTA (*), le Sétra est organisme d’agrément technique.

c. Direction technique "Eau, Mer et Fleuve"

Issue de l’ancien CETMEF, cette direction est chargée d’élaborer, diffuser et promouvoir les techniques ou savoir-faire dans les champs de l’ingénierie portuaire, fluviale et côtière, la sécurité de la navigation et les télécommunications.

Elle dispose d’une expertise transverse en télécommunications qui s’applique non seulement sur les champs maritimes et fluviaux, mais aussi pour l’exploitation routière et la prévention des risques naturels majeurs.

Dans le domaine des transports intelligents, elle se positionne essentiellement sur :

  • l’ingénierie des réseaux de radiocommunications des services publics exploitant des infrastructures de transports terrestres (routier et fluvial),
  • l’ingénierie des systèmes de radiocommunications et d’aides à la navigation des services opérationnels en charge de la surveillance de la navigation maritime ou portuaire,
  • l’attribution des fréquences et la déclaration des stations radioélectriques utilisées par les services opérationnels en charge de la surveillance de la navigation maritime ou portuaire, et par les services publics exploitant des infrastructures de transports terrestres (routier et fluvial),
  • la veille technique, les études et expérimentations de technologies innovantes en matière de télécommunications et d’aides à la navigation.

Dans ce domaine, il apporte :

  • l’animation du réseau d’expertise en télécommunications du ministère (club « Télécommunications » du réseau scientifique et technique),
  • le pilotage, en lien avec l’IFSTTAR, du pôle de compétence et d’innovation (PCI) sur les applications satellitaires et les télécommunications mis en place au Centre d’Etudes Techniques de l’Equipement du Sud-Ouest (CETE SO),
  • la production d’éléments de doctrine et de méthodes par l’édition d’ouvrages sur les techniques des télécommunications.

d. Les directions territoriales

Correspondant aux huit anciens Centres d’Études Techniques de l’Équipement (CETE), les directions territoriales constituent, par leur ancrage en région et par leur situation en interface entre l’expérimentation et la recherche, une pièce maîtresse du Réseau scientifique et technique du Ministère.

Elles contribuent largement à la conception et à la mise en œuvre des politiques publiques conduites par le ministère, par leur vocation de recherche, d’innovation, d’expertise, d’études et de diffusion des connaissances scientifiques et techniques et par l’appui qu’ils offrent aux directions générales et aux services déconcentrés.

Leurs actions se situent dans les domaines des transports et de la sécurité, du génie civil et des infrastructures, de l’environnement et des risques naturels, ainsi que dans le domaine de l’aménagement durable du territoire.

Les huit directions territoriales (DTer) sont :
- la DTer Nord-Picardie
- la DTer Normandie Centre
- la DTer Est
- la DTer Ile-de-France, pôle réseau scientifique et technique de la DRIEA d’Ile-de-France
- la DTer Ouest
- la DTer Centre-Est
- la DTer Méditerranée
- la DTer Sud-Ouest.

Les directions territoriales sont très actives dans les domaines sur lesquels les STI ont un rôle important à jouer (sécurité routière, gestion des trafics et des transports publics, gestion de crise, aides à la mobilité dont information multimodale etc.) et ont bien conscience de l’apport des STI pour ces domaines.

De plus, elles accueillent aujourd’hui en leur sein des pôles de compétences et d’innovations (PCI) qui permettent de fédérer les connaissances et les compétences dans divers domaines, ainsi que d’animer le réseau des spécialistes du ministère. Les PCI sur lesquels les STI sont pertinents sont :
- Applications satellitaires et télécommunications (DTer Sud Ouest)
- Connaissance du trafic appliquée à l’accidentologie (DTer Méditerranée)
- Évaluation des systèmes d’aide à la gestion des déplacements (DTer Sud-Ouest et Nord-Picardie)
- Régulation dynamique des réseaux de transport (DTer Centre-Est et Ile de France)
- Transports du quotidien : outils pour la connaissance de la mobilité et le développement des modes doux et transports partagés (DTer Nord-Picardie et DTer Centre-Est)
- Gestion des situations hivernales et de crise dans les transports (DTer Est)
- Logistique et transports de marchandises (DTer Ouest).

Dans le cadre de leur vocation à diffuser les connaissances scientifiques et techniques, les DTer contribuent largement au site www.transport-intelligent.net. Elles mettent à profit leurs compétences, la veille technique et les études qu’ils effectuent sur les différents domaines d’utilisation des STI ainsi que leurs capacités d’analyse pour participer à l’organisation du site et rédiger des articles.