English version

Les outils de sûreté des transports publics

La décision de réaliser un SAE est très souvent motivée par des besoins de sécurité du personnel et des voyageurs.

Les dispositifs de vidéo-surveillance embarqués en lien avec un SAEI se développent. Dans ce cadre, les très bons résultats obtenus par le réseau de Nîmes sont souvent montrés en exemple. Dans cette ville, le système « ARIS » a été mis en place en 2000 suite à une concertation large incluant tous les acteurs de la sécurité, la police et la justice. Les usagers ont aussi été associés à la démarche. Le système « ARIS » est un boitier comportant 4 touches, à la disposition de tous les conducteurs. Ceux ci peuvent donner une alerte au centre de contrôle, selon les 4 types d’incivilité indiquées ci-dessous :

  • A : montée par l’arrière
  • R : refus de présentation du titre sans incivilité
  • I : refus de présentation de titre avec incivilité
  • S : STOP (annulation)

Lorsque le conducteur appuie sur une des touches, l’information de l’incident est transmise au poste central des régulateurs du réseau et au commissariat en cas d’appel d’urgence avec la position géographique du bus en difficulté et son identification. Une voiture d’intervention localisée est appelée et rejoint le bus dans les 4 minutes dans 90 % des cas. En cas d’appel d’urgence, la caméra embarquée enregistre et garde en mémoire les 10 minutes qui précèdent l’alarme et les images des 20 minutes qui suivent.

Les agressions physiques qui se comptaient à 70 par an en 1998, ont quasiment disparues en 2003 (8 par an).

Pages associées

Sûreté dans les transports