Version française

Glossary and abbreviations

Intéropérability

Des systèmes sont dits interopérables lorsqu’ils peuvent :

  • Au premier niveau, échanger des informations et des données inter-compréhensibles dans le cadre de procédures coordonnées pour permettre l’exploitation directe des données ;
  • Collaborer (dans le cadre de procédures simultanées) ;
  • Mutualiser des moyens (humains ou techniques)

Il ne faut donc pas limiter le champ de l’interopérabilité aux seuls systèmes informatiques et techniques capables de communiquer entre eux : toute l’organisation humaine et matérielle doit être prise en compte, car sur le terrain, ce sont des hommes qui devront inter-opérer.

Transport system

"Un système est un ensemble d’éléments interagissant entre eux en accord avec certains principes ou règles. Un système est déterminé par le choix des interactions qui le caractérisent et par sa frontière, c’est-à-dire le critère d’appartenance au système (déterminant si une entité appartient au système ou fait au contraire partie de son environnement)." (source wikipédia)

Y. Denis, chef de projet intermodalité et interopérabilité des transports au Certu : "Le système de transport est l’ensemble des éléments mis en œuvre pour assurer un service : les équipes et logiciels de gestion, les équipes administratives, les matériels roulants et les services d’information et d’exploitation, font donc partie d’un tout dont il convient de comprendre l’articulation, mais aussi les interfaces avec le monde extérieur. Un système est donc associé à un périmètre qui sépare ce qu’on y met dedans (les éléments qui le font tenir) et l’environnement extérieur ou le contexte (avec lequel il interagit). Il faut mettre en évidence les principes qui permettent sa construction et qui assurent sa cohésion. Ces principes correspondent à la notion d’architecture.

L’architecture d’un système (ce qui le fait tenir) doit être considérée à de nombreux niveaux : pour un système de transport en particulier, on peut penser aux niveaux :

  • politique qui fonde son action (service et niveau de service),
  • métiers : qui permet d’appréhender les logiques de service et leurs -* articulations ;
  • organisationnel (en grands groupes, puis en moyens humains et matériels) ;
  • fonctionnel ;
  • informatique et technique.

Tous ces niveaux d’architecture doivent être cohérents pour assurer la vie du système. Ils doivent également pouvoir évoluer en fonction des changements d’environnement ou de contexte. Et là encore ces changements de contexte peuvent opérer sur les différents niveaux d’architecture (politique et réglementaire, organisationnels ou techniques…)"