English version
 

ITS et transport de marchandises

Focus

La mutualisation de certaines données est une tendance lourde qui permet de mettre en relation des opérateurs qui vont trouver sur une plate forme d’échanges des informations nécessaires à leur activité.


Plates formes d’échanges d’information pour le transports de marchandises

La gestion des activités de transport de marchandises évolue selon 3 axes :
- une intégration de plus en plus forte de la chaîne de transport et de la logistique à travers des interconnexions des systèmes d’information des différents opérateurs de cette chaîne : progiciels de gestion intégrés des chargeurs, des transporteurs et des auxiliaires de transport de type E.R.P. (Enterprise Resource Planning), logiciels de planification, d’affrètement et de pilotage des flux de type T.M.S. (Transport Management System), logiciel de gestion d’entrepôt et de zone logistique de type W.M.S. (Warehouse Management System) ; le Supply Chain Management est en effet la gestion de tous les flux de marchandises, financiers et d’information associés pour l’amélioration des délais d’approvisionnement et de livraison.
- la prise en compte de la multimodalité et ainsi de la recherche de systèmes de communication interopérables entre eux quel que soit le mode de transport utilisé ; ainsi les implications de l’interopérabilité à assurer avec l’environnement global impliquent : la collaboration et la mutualisation des moyens avec d’autres structures, les échanges automatisés d’informations avec d’autres systèmes, l’anticipation des évolutions à prévoir.
- une attention accrue portée à l’application de la réglementation et à la protection de l’environnement : contrôle-sanction automatique des infractions à la vitesse, gestion et suivi du transport de matières dangereuses, respect des règles de conduite et de repos des conducteurs par le chronotachygraphe numérique, pesage en marche des poids-lourds, dématérialisation des documents de transport et des déclarations de marchandises.

Face à une offre atomisée entre de nombreuses petites et moyennes entreprises, la mise en commun de services professionnels est recherchée à travers la définition de plates formes d’échanges d’informations électroniques :
- portails de services maritimes : INTTRA qui associe les 22 plus grandes compagnies maritimes – CargoSmart – CargoConnect – GT Nexus ;
- portail maritime AP+ : Grands Ports Maritimes du Havre et de Marseille avec des interfaces sur d’autres systèmes d’information portuaires ; il s’agit d’une plate forme informatisée de type CCS (Cargo Community System) qui relie déjà entre eux par EDI tous les professionnels partenaires : agents maritimes, transitaires, douane, capitainerie/autorités portuaires, organismes vétérinaire et phytosanitaire. Une autre innovation, qui résulte de conventions avec la Douane, permet au système AP+ de faciliter les opérations de dédouanement dématérialisé en pré- et post-acheminements des marchandises par voie ferroviaire ou fluviale (FOS-DISTRIPORT ou LE HAVRE-ROUEN)
- Grand Port Maritime de Dunkerque : Gemini connecté avec les Ports de Lille et, à terme, à la plate forme multimodale de Dourges ;
- système d’information fluvial, développé par Voies Navigables de France : SIF 2 et SIF 3 Seine-Escaut pour l’intégration de messages standardisées, relatifs à la déclaration de chargement et à la notification d’événements, et, à terme, des données relatives à l’hydrométrie et à la géolocalisation (AIS) sur une plate forme (ERI) collaborative ;
- Outils partagés de traçabilité en temps réel : TRACY (Challenge international et TLF), Forumtrafic, SILEVIC (Metod Localisation et FNTR) ;
- EDIFRET (filiale SNCF) et MAPI pour le rail ;
- Système aéroportuaire : la plate forme CIN (Cargo Information Network) est en cours de mise en place à Roissy - Charles-de-Gaulle ; portail de services de fret aérien (TRAXON) qui représente 60% des échanges électroniques pour le fret aérien international : plan de vol et horaires, e-booking, manifeste des marchandises, LTA, événements ;
- pour le régime de transit douanier de marchandises : NSTI (nouveau système de transit informatisé).
- échanges internationaux : ce domaine fait l’objet d’un travail de normalisation qui permettra d’intégrer les éléments des univers EDI et web-EDI (Echanges de Données Informatisées), XML (eXtensible Mark-up Language) et ebXML (e-business XML) pour les échanges B2B entre les entreprises (www.normafret.org). Un certain nombre de portails offrent des solutions de facilitation des procédures dématérialisées du commerce international et de celles liées au transport et à la logistique ; on les trouve principalement en Asie au sein du regroupement PAA (Pan-Asian e-commerce Alliance) ; un accord a été passé avec l’Europe et certaines de ces plates formes sous l’égide de l’ASEAL (Asia-Europe Alliance). Des services d’hébergement du type « clearing center » B2G assurent en partie le traitement de ces données dématérialisées (CONEX) et la nouvelle plate forme douanière DELTA (2007) monte en puissance.
- Enfin des outils (logiciels libres et démonstrateurs téléchargeables sur le site du programme NORMAFRET) sont mis à la disposition des PME exportatrices ; ce programme GESFIM est transversal : plate forme mutualisée de facilitations douanières, agenda du transporteur et traçabilité des produits transportées.

Pages associées

Outils & méthodes


Gestion des flottes et du fret