English version
 

Galerie


Systèmes d’aide à l’exploitation et à l’information voyageurs (SAEIV)

Les réseaux de transports en commun se sont progressivement équipés de SAEIV (Systèmes d’Aide à l’Exploitation et d’Information Voyageurs), dont le fonctionnement repose sur un système permettant de localiser précisément les bus.

L’exploitation des transports publics

Cette localisation permet au régulateur situé au poste de commande (PC) d’avoir une vue globale de la situation des bus ou d’autres moyens de transport en commun. Il peut ainsi donner des consignes aux conducteurs, injecter des bus en cours de trajet, etc, de manière à respecter au mieux les horaires prévus, ou à les adapter (par exemple en cas de perturbation) et à assurer ainsi une bonne qualité de service.

Ces systèmes servent aussi à déclencher la priorité aux carrefours à feux, cette priorité étant le plus souvent la règle dans les grandes agglomérations. Ils peuvent aussi être utilisés, en cas d’incident à l’intérieur du véhicule, pour déclencher une intervention rapide.

L’information voyageur

Les systèmes d’information voyageur (SIV) fournissent de l’information « temps réel » aux usagers de différentes manières :

  • aux arrêts, grâce à des panneaux variables ;
  • dans les lieux d’échanges, grâce aux mêmes moyens et à des bornes d’information ;
  • dans les véhicules de transport eux-mêmes, grâce à de petits panneaux variables et des informations sonores ;
  • mais aussi directement « dans la poche » des usagers, notamment par l’intermédiaire des téléphones portables.

Cette possibilité est très intéressante, car l’usager peut avoir accès à l’information d’arrivée du bus à son domicile, sur son lieu de travail, etc. et éviter ainsi toute attente inutile et parfois pénible aux arrêts.

Les SIV pour les petits réseaux

L’information en temps réel existe déjà depuis de nombreuses années, mais elle repose généralement sur un système complexe, lourd et donc coûteux. Ces systèmes nécessitent une installation spécifique dans chaque véhicule et une infrastructure de communications dédiée. Ceci doit être complété par un ensemble d’algorithmes qui comparent la position des bus avec les horaires théoriques et simulent l’avancement des bus pour indiquer à l’usager le temps d’attente avant le prochain passage.

Aujourd’hui, les petits réseaux de transports peuvent également fournir à leurs usagers une information en temps réel sans nécessairement mettre en place un système complexe de SAEIV. Dole et Saumur expérimentent ainsi la solution proposée par Pysae (tout comme la Région Midi-Pyrénées et le département d’Eure-et-Loir), tandis qu’Issy-les-Moulineaux ou Nantes expérimentent la solution Zenbus proposée par Joule.

Le principe repose sur l’installation de simples smartphones ou tablettes dans le poste de conduite des véhicules. Une application dédiée est installée sur ces terminaux. Elle permet de localiser en temps réel les véhicules et offre un retour direct au conducteur.

Les voyageurs ont ensuite accès à la position des véhicules via un site internet, des applications mobiles ou des bornes installées aux arrêts. Le gestionnaire du réseau peut, quant à lui, en plus du suivi en temps réel de la flotte, accéder à un historique des circulations et des analyses a posteriori sur sa production (véhicules.km, régularité, etc.).

La demande pour ce type de système léger et flexible est en forte croissance face aux attentes des usagers, y compris sur des réseaux où les systèmes traditionnels sont moins adaptés comme les petites villes, le transport scolaire ou le transport interurbain.