English version

Aérospace Valley (Aquitaine, Midi-Pyrénées)

Avec en particulier Airbus, Dassault, Thales, Alcatel Space, Astrium, Snecma, la région est le premier bassin d’emploi en France de l’aéronautique, de l’espace et du secteur transversal des systèmes embarqués (Alstom, Siemens Automotive, Motorola-Freescale, Thales) qui travaille aussi bien pour l’aéronautique que l’automobile.
Aérospace Valley est un pôle de compétitivité mondial.

Porteur du projet

Association AEROSPACE VALLEE

Acteurs impliqués

EADS, Thalès, Safran, Dassault, Alcatel Space, Astrium, Snecma Alstom, Siemens Automotive, Motorola-Freescale...

Secteur / Filière / Thème

Transports / Logistique / ASD

Thématiques principales

* Aéromécanique, matériaux et structures * Equipement motorisation, propulsion énergie et accès espace * Ingénierie générale et productique collaborative * Systèmes embarqués * Maintenances et services * Terre vivante et espace * Systèmes autonomes * Sécurité et sûreté du transport aérien * Navigation, positionnement et télécommunications

Contexte de la création

  1. Les régions Midi-Pyrénées et Aquitaine sont les 2e et 3e régions françaises pour l’aéronautique civile et militaire, après l’Ile-de-France ; l’aéronautique y représente le premier secteur industriel hors agroalimentaire. Le grand Sud-Ouest réunit en outre des moyens uniques en R&D et en formation académique.
  2. Le pôle est ainsi leader mondial sur les marchés des avions civils de plus de 100 places, de l’aviation d’affaires haut de gamme, des turbines à gaz pour hélicoptères et des trains d’atterrissage ; il est leader européen pour la construction de satellites, les lanceurs et la propulsion, la télédétection et l’observation de la Terre, les systèmes de cockpit, les technologies de rentrée atmosphérique et les avions militaires. Il occupe également une position de pointe dans le domaine des systèmes embarqués.
  3. Le pôle s’appuie sur un tissu industriel particulièrement dense dans ces deux régions avec 95.000 emplois (dont 60% en Midi-Pyrénées), sans compter 10.000 chercheurs.

Avec en particulier Airbus, Dassault, Thales, Alcatel Space, Astrium, Snecma, il est le premier bassin d’emploi en France de l’aéronautique, de l’espace et du secteur transversal des systèmes embarqués (Alstom, Siemens Automotive, Motorola-Freescale, Thales) qui travaille aussi bien pour l’aéronautique que l’automobile.

Ambition et stratégie

Sur la base d’une stratégie commune de développement économique et d’un marché final parfaitement identifié, le pôle obtient une très forte implication de tous les acteurs régionaux (de l’industrie, de la formation, de la recherche et du monde institutionnel). Il a choisi de placer l’innovation technologique et les projets de R&D coopératifs au centre de sa démarche, avec la définition de 9 grandes thématiques technologiques et industrielles (domaines d’activités stratégiques) et de 12 projets structurants (actions transversales dans les domaines industriel et économique, scientifique et de la formation) depuis les matériaux nouveaux jusqu’aux systèmes électroniques embarqués sur les avions ou à la sécurité du transport aérien.

L’un des principaux, celui d’Aerospace Campus, vise à renforcer les liens de toutes les écoles scientifiques toulousaines du secteur dans le sud de la ville et de les associer à une pépinière d’entreprises regroupées sur une trentaine d’hectares pour en faire un campus de référence à l’échelle mondiale.

L’implantation à Tarbes d’une "plate-forme de déconstruction et de démantèlement" d’avions en fin de vie fait aussi partie des projets structurants, ce marché représentant environ 6.000 appareils au niveau mondial dans les 20 ans. Le projet tarbais associe SITA (traitement des déchets, groupe Suez) à Airbus, Sogerma et EADS pour investir "20 à 25 millions d’euros" et créer "70 emplois à l’horizon 2006".

Le pôle inscrit son développement dans la perspective d’une recherche de complémentarités avec d’autres régions et/ou d’autres pôles compétitifs. L’objectif est de créer 45.000 emplois supplémentaires dans les 20 prochaines années.

Une Fondation pour la recherche dans l’aéronautique et l’espace regroupant 8 industriels et dotée de 18 millions d’euros (9 millions € des partenaires et 9 de l’État) a aussi été créée pour financer des recherches en partenariat public-privé. Déclarée d’utilité publique au

Gouvernance du pôle

Les industriels des deux régions ont constitué une gouvernance commune autour du président d’Airbus en Midi-Pyrénées, et du responsable du groupe Thalès (électronique professionnelle) en Aquitaine, en s’appuyant sur le CNRT (Centre national de recherche et de technologie) - branche Aéronautique et Espace, basé à Toulouse depuis 1999.