English version

La régulation d’accès en Île-de-France

Objectifs

Les objectifs de la régulation d’accès aux voies rapides sont :

  • d’optimiser le fonctionnement de l’infrastructure principale, en conservant le plus longtemps possible un débit proche de sa capacité maximale,
  • de diminuer et de stabiliser les temps de parcours ,
  • de réduire la durée et la dureté des bouchons.

Principes mis en jeu

La régulation d’accès repose sur plusieurs principes. En premier lieu, il s’agit d’agir sur la demande de trafic en provenance des bretelles d’entrée par des feux tricolores placés juste avant la voie d’insertion sur l’infrastructure principale. Cette régulation de la demande permet :

  • à la section courante de mieux absorber les véhicules en entrée,
  • d’optimiser le fonctionnement de la voie rapide en conservant
  • le plus longtemps possible un débit inférieur au débit critique.

Deuxième point, il s’agit de veiller à ne pas pénaliser le fonctionnement du réseau de voiries secondaires à proximité de la voie rapide. Cela est rendu possible par l’implantation en amont de la bretelle d’entrée d’une boucle de détection de file d’attente. Dès lors que la file d’attente remonte au début de la bretelle d’entrée et recouvre la boucle de détection durant une période supérieure à 60 secondes, le feux tricolore bascule au vert et libère ainsi les véhicules stockés sur la bretelle.

Équipement d’une bretelle d’entrée

Pour mettre en œuvre la régulation d’accès, chaque brettelle doit être équipée de plusieurs équipements réglementaires :

  • un feu de signal tricolore R22j associé à un répétiteur,
  • un panneau fixe A17 de pré-signalisation du feu,
  • un panneau fixe B14 de prescription de vitesse,
  • une boucle de détection de la remontée de file.

En compléments de ces équipements, l’expérience a montrée qu’il est nécessaire d’associer à ce dispositif un panneau à messages variables (PMV) afin :

  • d’informer les usagers des conditions de circulation sur l’autoroute (avant les points de choix),
  • de diminuer le stress des usagers et donc d’améliorer la sécurité
  • de contribuer à transférer des usagers des voiries de surface vers les voies rapides.

Expérimentations menées depuis 1999

Une première expérience a été réalisée sur A6W entre 1999 et 2000, dans le sens province – Paris entre A104 et A86. Il s’agissait d’une section de 20km, avec 5 bretelles équipées, lieu de bouchons récurrents tous les matins et le dimanche soir. Les premiers résultats obtenus ont montré une nette amélioration des conditions de circulation, avec :

  • une diminution des temps de parcours de 15%,
  • une amélioration significative de la stabilité des temps de parcours,
  • une augmentation des vitesses moyennes de l’ordre de 10 km/h,
  • la réduction de moitié de la plage horaire de vitesse < 30 km/h,
  • pas de débordement sur le réseau secondaire.

À partir de 2007, de nouvelles stratégies de régulation d’accès ont été testées, grâce à la supervision de l’ensemble par un système informatique d’exploitation :

  • régulation par feux fixes avec des cycles variables,
  • régulation coordonnée,
  • régulation adaptative locale (ALINEA),

Généralisation de la régulation d’accès en Île-de-France

Le périmètre d’application de cette mesure et le déploiement des équipements s’étend à présent sur les voies rapides de la petite couronne, siège des congestions les plus importantes. L’autoroute A86 a été privilégiée, en équipant l’ensemble des accès à A86, dans les deux sens, et les accès aux radiales qui alimentent les congestions sur A86.

Les premiers résultats d’évaluation ont ainsi montré que la régulation d’accès permet d’obtenir :

  • un gain global de 10% sur les temps de parcours à l’heure de pointe sur A86 extérieure entre A6 et A1,
  • un gain global de 20% sur les temps de parcours à l’heure de pointe sur A86 intérieure entre A1 et A6.

L’évaluation montre également que globalement la régulation d’accès contribue à : la diminution de la consommation en carburants, la diminution des émissions de polluants, apporte un gain socio-économique annuel de 13,4 M€.

Pour en savoir plus, site DIRIF : http://www.enroute.ile-de-france.de...

Pages associées

Gestion du trafic routier


Exploitants de transports publics et gestionnaires d’infrastructure